CULTURES PÉNALES CONTINENTALES

STRAFKULTUREN AUF DEM KONTINENT

 

ÉQUIPE

Tobias Singelnstein

Co-directeur du projet

 

 

Biographie

 

Tobias Singelnstein est professeur de criminologie à l’Université de la Ruhr à Bochum.

Tobias Singelnstein a consacré ses recherches à l’évolution du droit pénal et de la production sociale du contrôle pénal, ce dans une perspective tout aussi bien de sciences juridiques que de criminologie. Ses travaux sur le droit pénal et la procédure pénale témoignent d’un ancrage prononcé dans les disciplines fondamentales des sciences juridiques et du droit, comme en témoigne sa thèse juridico-criminologique Diskurs und Kriminalität, publiée en 2009 chez Duncker & Humblot Verlag. Un des aspects premiers de son travail dans ce domaine consiste en la recherche sur les évolutions fondamentales du droit pénal au fil du temps, auxquelles il a consacré, entre autres, les publications suivantes : „Zur Konstitutionalisierung im Strafrecht“, Annales de la Faculté de Droit d’Istanbul, 43, 2011, 33-45, „Strafrecht und neoliberales Regieren. Entwicklungstendenzen des Strafrechts als Einschreibung von Regierungstechniken im Sinne der Gouvernementalität“, Kritische Justiz, 2011, S. 7-15, „Sieben Thesen zu Entwicklung und Gestalt des Strafrechts“, Zeitschrift für Rechtssoziologie, 2014, 321-329 ou encore (avec Fl. Jeßberger & W. Kaleck) Wirtschaftsvölkerstrafrecht. Ursprünge, Begriff, Praxis, Perspektiven. Baden-Baden : Nomos Verlag, 2015.

Tobias Singelnstein s’est également consacré à des travaux de nature plus criminologique, en particulier autour de l’évolution du contrôle social en Allemagne depuis les années 1970. A l’appui des travaux de David Garland et de Michel Foucault, il a entrepris de travailler la question de la portée des transformations des représentations sociales et des structures sociales et économiques sur le domaine formé du droit pénal et du contrôle social. Dans ce cadre, on peut mentionner ces publications significatives : (avec Jens Puschke) Der Staat und die Sicherheitsgesellschaft. SpringerVS, Wiesbaden 2018. , (avec P. Stolle) Die Sicherheitsgesellschaft. Soziale Kontrolle im 21. Jahrhundert Wiesbaden: Verlag für Sozialwissenschaften, 2012, 3e éd ou (avec P. Stolle) „Soziale Kontrolle in High Control Societies“, in H. Hess, L. Ostermeier, B. Paul (dir.), Kontrollkulturen. Texte zur Kriminalpolitik im Anschluss an David Garland. 9e numéro spécial du Kriminologisches Journal, 2007, 105-118,. Il actualise par ailleurs avec lui le manuel de Karl-Ludwig Kunz, Kriminologie, Eine Grundlegung. Bern, 2016, 7e éd.

Ses publications sont accessibles ici : http://www.kriminologie2.rub.de/index.php/de/prof-dr-singelnstein/publikationen.

En plus du projet CPC, Tobias Singelnstein dirige le projet KViAPOL, financé par la DFG, sur les dommages corporels du fait de fonctionnaires de police (processus de victimisation, disposition à la plainte, opacité structurelle). Lien : http://www.kriminologie2.rub.de/index.php/de/forschung/kvimamt