CULTURES PÉNALES CONTINENTALES

STRAFKULTUREN AUF DEM KONTINENT
 

Programme E:

EXPLOITATION TRANSVERSALE ET SYNTHÈSE

Les résultats que nous serons parvenus à établir au terme de la mise en œuvre de notre projet ne jetteront jamais que des lumières partielles sur chacun des domaines de production des cultures pénales, aussi sera-t-il nécessaire de produire un effort tout particulier en vue de travailler sur les circulations entre ces domaines en vue d’un tableau d’ensemble. Le programme E aspire à réunir les résultats de chacun des programmes ouverts et de tracer les perspectives comparées franco-allemandes issues de leur mise en commun.

Les programmes portant sur population, politique et médias traitent des structures propres à chacun de ces domaines et des représentations, et des savoirs et perspectives des acteurs individuels. Trois de nos programmes déploient des procédures d’observation déployées dans le temps, cherchant à repérer les éventuelles transformations, conjonctures et ruptures, et tous mettent en œuvre des protocoles de quantification. Ces proximités de conception permettent le rapprochement et la comparaison des résultats produits par chacun d’eux, afin qu’un tableau général des cultures pénales se dégage. Au centre de notre projet se trouve la question de savoir comment les différents domaines de production des cultures pénales s’influencent les uns les autres, comment se forment en Allemagne et en France les cycles de la pénalité.

Dans un deuxième temps, nous mettrons en rapport les résultats produits avec le tableau présenté dans le programme A de mise au clair des différences entre les systèmes pénaux. Il s’agira ici de mettre au jour les différences statiques et dynamiques, saisies dans leurs évolutions dans le temps, des cultures pénales propres aux deux pays étudiés, mais également de savoir comment les mécanismes sociaux de production des cultures pénales dans la population générale, la politique ou les médias influencent les éventuelles différences entre les systèmes pénaux.